dysmorphophobie : Dans notre société, l’apparence physique peut rapidement devenir une obsession.

Et ce phénomène est encore plus important avec l’utilisation intensive des réseaux sociaux, montrant sans cesse des images de corps « parfaits » pourtant retouchés par des dizaines de filtres.

Cette obsession peut déboucher sur une maladie appelée la dysmorphophobie, qui traduit le fait d’être obsédé par ses défauts physiques.

Des défauts qui, parfois, n’existent même pas. Tour d’horizon dans cet article sur ce trouble psychologique et les moyens de s’en sortir.

dysmorphophobie comment s'en sortir miroir

Définition de la dysmorphophobie

La dysmorphophobie, appelée aussi la peur de la dysmorphie corporelle, pourrait être définie comme un trouble psychiatrique caractérisé par la fixation sur un défaut imaginaire de l’apparence physique.

Bien qu’il s’agisse d’une maladie psychiatrique, la plupart des patients cherchent de l’aide auprès de chirurgiens esthétiques ou de dermatologues.

Les personnes atteintes de dysmorphophobie sont susceptibles d’être angoissées par n’importe quelle partie de leur corps, mais la peau, les cheveux et le nez sont les plus souvent en cause. Beaucoup sont préoccupés par les rides, l’acné, les marques et les pores dilatés.

Les conséquences de la dysmorphophobie sur la vie quotidienne

Une personne souffrant de dysmorphophobie souffre souvent d’un manque d’estime de soi, et de gène en présence d’autres personnes voire de haine de soi.

Elle cherche à être constamment rassurée par un médecin au sujet d’une caractéristique physique particulière, qui n’aurait normalement pas été remarquée avant d’être signalée :

Elle se retrouvera donc mécontente de s’entendre dire que le défaut est mineur voire inexistant.

Une maladie psychiatrique difficile à admettre

Un peu comme chez les hypocondriaques, la personne refuse généralement d’admettre qu’elle souffre d’un problème psychique : elle reste persuadée que les défauts qu’elle remarquent sont réels et valables.

Les conséquences mentales ne sont pas à prendre à la légère et peuvent faire naître des complications plus importantes.

Dysmorphophobie : les complications possibles

Au-delà d’un simple manque d’estime de soi, les conséquences de la dysmorphophobie peuvent devenir plus graves et devenir handicapantes au quotidien. Parmi les complications qui peuvent être causées ou associées au trouble de la dysmorphie corporelle, on retrouve par exemple :

  • Des troubles obsessionnels compulsifs pouvant être dangereux pour la santé de l’individu. Tels que le grattage de la peau du visage.
  • Des troubles de l’alimentation tels que la boulimie ou l’anorexie, et une obsession pour son poids.
  • L’utilisation de substances illicites et dangereuses pour le corps.
  • Une dépression sévère et des troubles de l’humeur.
  • Douleurs physiques suite à des interventions chirurgicales répétées.
  • Des troubles anxieux allant jusqu’à une phobie sociale.
miroir dysmorphie corporelle

Les causes de la dysmorphophobie

La dysmorphophobie touche aussi bien les hommes que les femmes, même si chaque sexe a tendance à se concentrer sur des types différents de défauts perçus.

Le phénomène se manifeste généralement à l’adolescence et peut s’aggraver avec les années.

Si la cause de la dysmorphophobie est inconnue, il est possible qu’un facteur héréditaire soit impliqué. En effet, le risque de dysmorphophobie est quatre fois plus élevé chez les parents au premier degré des personnes atteintes.
Mais cela ne veut pas dire qu’on ne peut pas en guérir.

Cette pathologie semble également liée aux troubles obsessionnels compulsifs (TOC). Car elle est fréquente chez les personnes atteintes de TOC et leurs proches.

Dysmorphophobie : les facteurs de risque

Certains facteurs semblent augmenter le risque de développer ou de provoquer un trouble dysmorphique du corps. En voici quelques exemples :

  • La présence de dépression ou d’anxiété.
  • Des traits de personnalité spécifiques tels que le perfectionnisme.
  • Une pression sociale trop importante ou des attentes exigeantes en matière de beauté physique.
  • Des parents biologiques atteints de dysmorphophobie ou de trouble obsessionnel-compulsif (TOC).
  • Des expériences de vie négatives telles que des abus, des négligences, des moqueries durant l’enfance ou des échecs répétés.

Les solutions auxquelles on pense en premier, ne sont pas toujours les meilleures.

Erreurs à ne pas faire :

Se négliger encore plus

Quand on se trouve moche, on peut vite se laisser glisser en se disant :

“Je ne peux rien y faire alors autant s’avouer vaincu et abuser de tout ce qui me fait plaisir.”

Résultat, on abuse de la malbouffe jour après jour, on ne fait plus de sport (quelle idée ?) et on se renferme toujours plus sur soi-même.

C’est une pente dangereuse qui peut amener jusqu’à un point de non-retour. 

À savoir :

  • de l’acnée et d’autres problèmes de peau peuvent apparaître à cause de la mauvaise alimentation
  • de l’obésité et de sérieux problèmes de santé
  • asociabilité, grande difficultés à s’intégrer dans un groupe et à trouver du travail.
  • dépression

La deuxième erreur est de tout miser sur un remède “magique”.

Penser que la chirurgie esthétique règlera le problème

Je ne dis pas que la chirurgie esthétique est à bannir dans tous les cas, elle peut améliorer l’apparence et donc la vie quotidienne.

Mais dans le cas d’une personne qui a très peu de confiance en elle, une opération va la soulager seulement quelque temps.

Jusqu’à ce qu’elle se rende compte qu’elle n’a pas plus confiance en elle, qu’elle se trouve un autre défaut physique, et qu’elle demande une nouvelle opération.

Et je n’ai même pas parlé des risques d’aggraver son apparence physique par une opération ratée et de leurs coûts. 

Alors quelles sont les solutions ?

Traitement de la dysmorphophobie : que faire et comment s’en sortir ?

paysage paix intérieur dysmorphophobie

Travailler ses points forts

Vous avez forcément entendu quelqu’un vous faire un compliment sincère à un moment :

Tu es bien coiffée aujourd’hui !
J’aime bien tes baskets !
Tu as la classe habillée comme ça !”

Plutôt que de le rejeter automatiquement, dites-vous qu’il est possible que cette personne ait au moins un peu raison.

Et continuer de soigner ce détail qui vous va bien.

Allons encore plus loin.

Prendre soin de soi

Plutôt que de vous laisser aller, vous pouvez décider de prendre soin de vous, peu importe les défauts physiques que vous avez.

Vous méritez le meilleur dans cette vie,

Si vous commencez aujourd’hui à faire plus attention à :

  • votre style vestimentaire en portant des choses qui vous plaisent
  • votre physique en pratiquant du sport et en surveillant mieux ce que vous manger

Même si vous avez des défauts physiques, les gens sentiront que vous êtes quelqu’un qui prend soin de lui-même et vous allez attirer des gens dans le même état d’esprit.

Et donc de meilleures opportunités de travail, d’amitié et de rencontres amoureuses.

Votre changement étonnera probablement votre entourage au début, mais persévérez. Ça en vaut la peine.

Ne plus se rabaisser

Et enfin, ne vous rabaissez plus. Jamais.

Nous sommes tous humains et nous avons tous des défauts.
Chacun fait avec ce que la vie lui a donné, et ça ne doit pas nous empêcher d’atteindre nos objectifs !

C’est la fin de cet article. Force à vous !

-> Continuez à agir contre votre phobie et votre anxiété sans médicaments en suivant ces conseils

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager sur vos réseaux pour nous soutenir et aider toujours plus de personnes.