Source de l’article : « Vaincre sa peur de la maladie » par le Psychiatre Michel Lejoyeux.

Vous avez certainement déjà entendu parler de la dépendance affective.

Avez-vous quelqu’un qui représente absolument TOUT pour vous ? Votre conjoint, un ami, quelqu’un de votre famille ?

Vous n’êtes pas capable de prendre une décision sans lui ?

Passez-vous la majeure partie du temps à vous demander comment lui plaire et comment le retenir près de vous ?

Vous êtes hypocondriaque ? Alors la dépendance affective est un peu votre “meilleureennemie !

Elle vous caresse d’une main et vous poignarde de l’autre…

Dans cet article je vais vous détailler pourquoi la dépendance affective et l’hypocondrie ne font pas bon ménage.

Bonne lecture.

hypocondrie dépendance affective

Qu’est-ce que la dépendance affective

Les personnes souffrant de dépendance affective, ont peu de confiance en eux. Ils ont peur d’être abandonnés et pour se rassurer ils recherchent constamment l’affection et la validation par leur partenaire.

Il n’en reçoivent jamais assez. Conséquence : Aucune décision n’est prise seule, ni aucune initiative pour ne pas froisser leur partenaire.

On peut comparer cela à une relation parent – nouveau né. La vie du nouveau né dépend entièrement de son parent. Il a besoin de son attention pour survivre.

Mais alors que se passe-t-il si l’on est hypocondriaque ?

La dépendance affective et l’hypocondrie

Une bonne idée en apparence

Quand on est hypocondriaque, avoir une personne à qui se confier et qui nous soutient quand on souffre est une très bonne chose.

C’est même indispensable pour guérir.

Mais cette relation peut être malsaine voire toxique

relation toxique

Un piège terrible au final

Dans des relations de dépendances affective, le “protecteur” si il n’a pas beaucoup de confiance en lui, peut trouver un sens à sa vie en aidant son protégé.

Cette phrase n’est pas exagérée !

Si ce dernier allait mieux, son monde s’écroulerait ! Et pour éviter cela, il peut aller jusqu’à entretenir la maladie de son protégé et ainsi garder son rôle de protecteur.

D’ailleurs vous avez certainement déjà entendu parlé de mères qui entretenaient leur enfant dans un état de mal-être uniquement dans le but de garder leur rôle de “bienfaitrice”.

Vous l’avez compris, dans une telle situation, impossible de se débarrasser de l’hypocondrie.

Alors que faire ?


Comment sortir de la dépendance affective ?

Déjà c’est une bonne chose de s’intéresser au problème comme vous le faites !

Dépendance affective ou amour ?

Elle est souvent considérée comme telle à tort.

On connaît tous les phrases sucrées comme “Sans toi je ne suis rien !” ou “Je ne peux pas vivre sans toi !” qui sont très vraies dans cette situation.

Mais une relation basée sur une maladie à entretenir n’a rien d’une relation saine !

Surtout quand les deux personnes manquent de confiance en eux.

Une vraie relation d’amour c’est deux personnes autonomes qui choisissent de s’unir pour vivre une histoire encore plus belle.

Ils n’ont pas besoin ni de la validation de l’autre, ni de soulager l’autre pour être heureux.

Et ils ont confiance en eux. Alors comment corriger ce problème ?

relation saine

Reprendre confiance en soi

On l’a vu, le manque de confiance est indispensable à la dépendance affective.

La principale erreur qui vous empêche de reprendre confiance, c’est que votre image de vous même ne correspond pas à la réalité.

Oubliez vos échecs du passé, ils ne définissent pas qui vous êtes.

Vous seul savez ce qui vous rendra heureux, et vous seul pouvez avancer vers ce bonheur.

Alors n’écoutez pas ce qu’en pensent les autres, et avancez seul s’il le faut. Il faut (re)conquérir votre autonomie.

Pourquoi ne réussiriez-vous pas après tout ?

Quitter les personnes qui ne vous conviennent pas

Et enfin, il faut reconnaître et s’éloigner des personnes qui cultivent votre maladie.

Cela signifie renoncer à tous les avantages de la relation à deux.

Et d’accepter de retrouver la solitude pour un certain temps.

Mais c’est un passage nécessaire pour construire une vie meilleure. Et une vie sans hypocondrie.

Ne faite pas l’erreur d’essayer de changer votre partenaire. La fin de la maladie signifie la fin du couple. Soyez-sûr que vous en reconstruirez un autre bien meilleur et bien plus sain !

J’espère vous avoir aidé.

Bon courage à tous !

Pour aller plus loin :

9 fiches contre l’hypocondrie

Formation offerte