Culpabilité : « Coupable, vous avez dit coupable ou responsable ? ».

Qui ne s’est pas, un jour, senti coupable d’avoir mal agi ou d’avoir transgressé les règles ?

Dans une société basée inévitablement sur des règles communes et moralisatrices, la culpabilisation est un socle nécessaire pour interagir avec les autres et aussi envers soi.

Vous comprendrez, dans cet article, que la culpabilité est nécessaire mais peut également devenir un poids, une souffrance psychologique qu’il faut traiter.

Comment déceler les signes d’une culpabilité saine ou malsaine ?

Quels sont les remèdes possibles ?

A travers des situations de vie où la culpabilité vous joue parfois des tours, vous allez comprendre qu’il est possible de ne plus se sentir coupable lorsque vous osez dire non, ou lorsque vous assumez de manger ce qui vous plaît, et même lorsque vous devez surmonter un deuil d’un proche.

Bonne lecture.

culpabilité comment s'en débarrasser

Qu’est-ce que la culpabilité ?

Le sentiment de culpabilité est avant tout une émotion qui se fait ressentir lorsque vous jugez que vous êtes responsable d’avoir mal agi par rapport à vos propres valeurs ou celles de la société.

Vous avez transgressé la loi en grillant un feu rouge ? Vous vous êtes énervé contre votre enfant car vous avez passé une mauvaise journée au travail ? Vous n’avez pas su dire la vérité à votre amie au sujet de son mari volage ?

Vous ressentez un mélange de honte, de colère, de mépris et de tristesse à votre encontre. La culpabilité vous a atteint !

Mais pas de panique, la culpabilité est parfois nécessaire pour se connaître et progresser.

À quoi sert la culpabilité en société ?

Vous pouvez considérer la culpabilité comme un signal d’alerte lorsque vous ne respectez pas ou plus les règles édictées par la société dans laquelle vous vivez.

Pourquoi respecter les règles sociétales ?

L’être humain ne fait rien sans contrepartie. On appelle cela en anthropologie l’échange de don contre un contre don. Certains penseront au fameux contrat social de Rousseau. Pour simplifier, vous acceptez de suivre les règles car, en retour, vous avez besoin de :

  • Vous sentir en sécurité,
  • D’anticiper vos actions,
  • D’interagir avec les autres,
  • D’éviter de nuire aux autres,
  • De tirer des bénéfices pour vous-même.

La culpabilité vous apporte des informations utiles lorsque vous transgressez les règles sociétales. C’est donc un avertissement qui vous permet de rectifier vos actes en collectivité.

Mais pour soi aussi, la culpabilité a également une fonction importante.

société foule culpabilité

A quoi sert la culpabilité pour soi-même ?

Les spécialistes distinguent trois fonctions attachées à la culpabilité :

  • Une fonction informative : les psychologues distinguent la culpabilité « émotion » de la culpabilité « jugement ». La culpabilité « émotion » a pour finalité de vous informer que vous avez sans doute commis une faute en transgressant une règle. La culpabilité « jugement » vous informe, de façon rationnelle des raisons de votre faute. Cela vous permet de vous interroger sur la faute : est-elle finalement légitime ou pas ? Est-elle obsolète ou pas ? À partir de votre jugement, vous allez tenter de rectifier la faute, de vous remettre en question et de progresser selon le contexte. La fonction informative de la culpabilité est faite pour que vous puissiez progresser.
  • Une fonction empathique : grâce à l’empathie, vous allez prendre conscience des émotions ressenties par autrui. C’est donc également un signal d’alerte dont le but est d’améliorer vos interactions sociales.
  • Une fonction psychologique : si la culpabilité vous ronge au point de créer des troubles obsessionnels compulsifs (TOC), du stress, de l’anxiété ou de la dépression, alors, vous devez vous prendre en main, en consultant des thérapeutes par exemple.

Culpabilité et souffrances : comment s’en débarrasser ?

Si vous vous reconnaissez dans une des situations suivantes, alors vous devez vous prendre en main :

  • Vous avez tendance à trop culpabiliser (auto-culpabilisation),
  • Au contraire, vous n’arrivez pas à ressentir de la culpabilité. Cela vous handicape dans vos interactions sociales,
  • Vous ressentez de la culpabilité mais, de façon inappropriée. Par exemple, lorsque vous êtes face à une culture étrangère où les règles sont très différentes de votre culture d’origine. On pense aussi aux personnes hypersensibles qui sont facilement affectées par la culpabilité.
se sentir coupable

Comment se débarrasser de sa culpabilité en 7 étapes

Il existe différentes étapes qui vont vous permettre de progresser :

  • Prendre conscience de votre sentiment de culpabilité : posez-vous la question suivante : « De quoi vous sentez-vous coupable précisément ? »
  • Analyser le contexte : posez-vous la question suivante : « Dans quel état d’esprit étiez-vous lorsque vous avez agi ainsi ? » « Pourquoi avez-vous agi ainsi ? ».
  • Identifier les conséquences : vous pouvez écrire toutes les conséquences morales et psychologiques pour vous et autrui à la suite de votre acte.
  • Trouver des solutions : vous pouvez pardonner, réparer, compenser, remédier, laisser aller… selon le contexte.
  • Tirer les leçons : la question à vous poser est la suivante : « Quelle leçon ai-je tirée de cet acte ? Comment m’améliorer pour réduire les conséquences de mon acte ? »
  • Se pardonner : apprenez à lâcher prise en vous pardonnant. C’est la meilleure façon de dédramatiser et d’aller de l’avant !
  • S’entourer de personnes qui ne vous jugent pas : évidemment l’environnement familial et amical jouent sur votre changement. Si l’on ne peut pas toujours choisir ses collègues de travail, vous allez le libre-arbitre dans le choix de vos amis !
savoir dire non

Comment gérer votre culpabilité :

Savoir dire Non ! 

«Dire non vous libère pour pouvoir dire oui quand cela compte le plus » Adam H. Grant, psychologue américain.

Vous avez sans doute maintes raisons de ne pas dire non (être poli ou aimable, aider, craindre le conflit…), mais vous avez aussi de nombreuses raisons de dire non.

Le faire n’est pas égoïste ! En plus de générer du stress du fait de ne pas être cohérent avec vous, dire non va vous offrir d’autres opportunités. Vous allez suivre vos intérêts et vos souhaits ! Alors comment faire ?

C’est très simple, vous pouvez répondre de plusieurs façons en :

  • reportant votre réponse au lendemain.
  • vous justifiant. Par exemple, vous pouvez répondre que vous n’avez pas le temps en ce moment, car vous avez beaucoup de travail en cours…
  • vous identifiant : cela signifie que vous répondez à autrui comme vous aimeriez que l’on vous réponde.
  • en positivant : par exemple, vous pouvez répondre : « J’aimerai bien, mais c’est impossible pour le moment »
  • en étant clair et direct. Vous pouvez utiliser la formule « je ne peux pas ».

Comme vous pouvez le constater, vous pouvez dire non poliment, de la façon la plus honnête et brève possible.

Mangez ce qui vous plait sans culpabiliser

Vous aimez manger certains aliments caloriques, pas forcément diététiques ? Vous en avez assez de céder à la culpabilité face à votre entourage ou à la pression sociale ?

Voici quelques astuces pour vous libérer de ce poids :

  • soyez positif : vous vous êtes fait plaisir. Vous avez donc une bonne énergie pour démarrer la soirée, la semaine ou le week-end.
  • soyez bienveillant avec vous-même ! Vous ne faites de mal à personne puisque vous vous faites du bien. Votre corps vous appartient !
  • acceptez de vous faire plaisir. L’hormone du plaisir, compense parfois l’émotion de la culpabilité. Alors, mangez ce que vous désirez par plaisir et non par mal- être.
deuil culpabilité du survivant

Continuez à vivre après la disparition d’un proche

Lorsque vous perdez un proche (maladie, accident, attentat…), vous avez toutes les raisons, dans un premier temps de vous sentir coupable d’exister. Vous êtes sans doute victime du syndrome du survivant. Mais avec le temps, vous allez apprendre à dépasser votre culpabilité en :

  • reconnaissant votre sentiment de culpabilité.
  • demandant de l’aide à des thérapeutes sous forme individuelle ou collective (groupes de parole)
  • comprenant que ce n’est pas votre faute, que vous n’êtes pas responsable de ce qui est arrivé à votre proche.
  • gardant un lien avec le disparu comme lui écrire des lettres, faire un album de photos souvenirs.
  • en étant patient. Le deuil est plus ou moins long selon les personnes. Ne pas hésiter à se faire aider.

culpabiliser de se sentir heureux

La culpabilité de se sentir heureux

Le sentiment de culpabilité de se sentir heureux réveille certainement des blessures du passé. Voici quelques suggestions pour dépasser ce ressenti et acceptez votre bonheur :

Si c’est un regret qui hante vos pensées, vous pouvez contacter la personne pour vous excuser et faire la paix. Par exemple, vous pouvez dire à vos enfants que vous avez fait du mieux que vous pouviez, et même si vous avez commis des erreurs, vous avez le droit au bonheur !

Aller voir un thérapeute peut vous aider à surmonter vos traumatismes passés.
Être positif : vous pouvez changer votre croyance en vous répétant que vous méritez votre bonheur !

La culpabilité fait partie de votre vie émotionnelle. Vous devez l’accepter mais aussi apprendre à la gérer selon votre propre intérêt et votre bien être psychologique.

Plus vous vous apprivoiserez ce sentiment dans votre vie, mieux vous serez en paix avec vous-même et vos proches !
J’espère vous avoir aidé.

Prenez soin de vous.

Pour aller plus loin face aux problèmes d’anxiété sans médicaments, cliquez ici.

Si cet article vous a plu, et pour nous soutenir, n’hésitez pas à le partager aux personnes dans le besoin et sur vos réseaux.